Hier, jeudi 21 juin 2012, était une date importante pour tous les mélomanes. Ce n’était pas seulement le premier jour de l’été, mais aussi la Fête de la Musique. Retour sur cet évènement célébré en France mais aussi partout dans le monde. D’abord un peu d’histoire pour savoir d’où vient cette célébration de la chanson. L’idée a été mise en place par Jack Land, ministre de la culture de l’époque, et la première édition remonte au 21 juin 1982. En 2012 cette fête a bien une dimension internationale, elle est reprise dans plus de 110 pays sur les 5 continents, et plus de 340 villes qui y participent. La dernière en date ? Shangaï. Le choix du 21 juin pour la célébrer n’est pas anodin. C’est le solstice d’été, donc l’un des jours les plus longs de l’année (ou la nuit la plus courte pour ceux qui font la fête jusqu’à l’aube !). Son but est d’encourager les musiciens, amateurs comme professionnels, à se produire dans les rues et les espaces publics, d’où son slogan homophone à son nom “Faites de la musique !”. Toutes les musiques y sont représentées (classique, jazz, rock, musique du monde, traditionnelle, pop, rap, hip hop…) et les nombreux concerts gratuits organisés ce jour-là rendent la Fête de la Musique accessible à tous. En 2012, les orages subits par les spectateurs dans le Nord de la France ne les ont pas découragés et des grands concerts en plein air ont eu lieu à Denfert-Rocheteau, au parc André Citroën et au Palais-Royal. D’autres villes ont préféré annuler les festivités à cause de la météo menaçante (Strasbourg, Nancy, Reims, Quimper…). Mais sous la pluie ou sous le soleil, la 31ème édition de la Fête de la Musique a encore une fois été synonyme de partage et de découverte musicale !